Mon avis sur Mary Kay

Marina Kay constitue une société importante de marketing multi level du domaine de la santé et de la beauté. Elle existe depuis longtemps et a su s’imposer comme étant une référence, notamment grâce à ses iconiques Cadillac roses. De manière générale, l’entreprise n’a jamais suscité de scandale et semble fiable. Mais que vaut-elle réellement ? Découvrez notre avis sur la société Mary Kay.

Les généralités sur Mary Kay

Apprenez-en plus sur Mary Kay à travers son histoire et sa structure actuelle.

L’histoire de Mary Kay

Mary Kay nait en 1963 quand une femme appelée Mary Kay Ash décide d’ouvrir un magasin à Dallas, au Texas. À l’époque, seulement 9 produits étaient commercialisés. Ils proviennent d’une gamme de soins qu’Ash utilisait elle-même depuis longtemps.  Il est à noter que la dame avait passé une vingtaine d’années dans le secteur de la vente directe avant de se mettre à son propre compte. Elle avait utilisé toutes ses économies pour créer sa propre entreprise. Malheureusement, un mois avant la création de Mary Kay, son mari décède. C’est alors que leur fils de 20 ans quitte son emploi pour aider sa mère dans le lancement de la nouvelle société.

Rapidement, les femmes tombent sous le charme des articles proposés qui sont de qualité. En seulement une année d’existence, l’entreprise compte 857 distributeurs qu’ils appellent des conseillers indépendants en beauté. Puis, en trois ans, Mary Kay fait un million de dollars de ventes. Ensuite, en 1968, la fameuse Cadillac rose est créée : Ash convint un concessionnaire de peindre sa voiture en rose pour ressembler à sa palette de couleurs pour les yeux et les lèvres. La renommée de l’entreprise prend de plus en plus de l’ampleur pour devenir une marque mondiale.

Les accusations contre Mary Kay

Aujourd’hui, l’entreprise dégage un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards de dollars. Elle compte pas moins de 3 millions de conseillères beauté indépendantes à travers le monde. Désormais, elle est considérée comme étant la 6e plus grande société de vente directe au rang mondial. Tout au long de son existence, Mary Kay n’a cessé d’être la cible de procès et d’accusations concernant sa structure commerciale et ses pratiques en termes d’emploi. Mais elle a toujours su se défendre face à cela. Le dernier procès en date accuse l’entreprise de classer ses employés à tort comme entrepreneurs indépendants. Elle les obligerait à acheter des produits afin de garder leur emploi.

La structure actuelle de la société

Actuellement, la société compte près de 3.5 millions de consultants en beauté à travers le monde. Elle possède un effectif d’environ 5000 employés à plein temps. Par ailleurs, on recense plusieurs usines de fabrication au Texas, mais aussi en Chine. Son chiffre d’affaires annuel est d’à peu près 3 milliards de dollars. Auparavant, la société était cotée en bourse, mais elle est redevenue une société privée en 1985. Aujourd’hui, c’est Richard Rogers, le fils de Mary Kay Ash qui en est le président et David Holl le PDG.

Les produits de Mary Kay

Dès ses débuts jusqu’à ce jour, l’entreprise se concentre sur les produits de soins pour la peau et les produits de beauté. Les articles sont variés pour répondre à tous les besoins. Dans la ligne de soins de la peau par exemple, on distingue des sérums, des crèmes de nuit, des hydratants, etc. Puis, la gamme de maquillage est également diversifiée : rouges à lèvres, ombres à paupières, eye-liners, etc. Enfin, on y propose aussi des lignes de parfums et des produits pour les hommes.

Les pratiques commerciales de l’entreprise

Mary Kay a été la cible de nombreuses critiques concernant son manque de transparence au niveau de ses pratiques commerciales. Or, comme il s’agit d’une entreprise privée, elle n’est pas tenue de divulguer ces informations. Mais comment fonctionne réellement la commercialisation des produits Mary Kay ? Elle suggère certaines pratiques de marketing à ses consultants. La plus utilisée parmi elles se trouve l’organisation de fêtes au cours desquelles le consultant fait la démonstration des produits à vendre. Cela permet de susciter l’achat auprès des invités.

Gagner de l’argent avec Mary Kay

Avec plus de 3.5 millions de consultants, est-il toujours possible de gagner un excellent revenu avec Mary Kay ? En général, dans le monde du MLM, une poignée de consultants parviennent à gagner un bon salaire, tandis qu’une majorité n’en tire que peu de revenus. Dans le cas de Mary Kay en particulier, les revenus exacts des consultants américains n’ont jamais été divulgués. Cependant, il est possible d’avoir les tendances générales pour le Canada. En 2018 par exemple, 5 % des consultants ont touché des commissions de plus de 100 dollars.

Comment s’inscrire ?

Si vous souhaitez être conseiller indépendant chez Mary Kay, il suffit de contacter une conseillère. Ensuite, vous devez signer un contrat de consultant et acheter le kit de démarrage à 100 dollars. Après votre inscription initiale, aucun frais de renouvellement annuel n’est à payer, mais il faut faire des achats minimums. Si vous recrutez des consultants à votre tour, vous augmentez de niveau et percevez d’autres commissions et primes en fonction des ventes de votre équipe. Dès lors que votre équipe réaliser des ventes élevées, vous pouvez prétendre à la Cadillac rose.

Que faut-il conclure à propos de Mary Kay ?

Mary Kay est une entreprise bien implantée dans le domaine du MLM de l’industrie beauté et santé. En effet, elle existe depuis une soixantaine d’années et propose des produits qui semblent plaire aux consommateurs. Toutefois, si vous souhaitez générer des revenus en intégrant la structure, la société ne constitue pas forcément une excellente opportunité.

Vous avez aimé cet article ? ❤️ Donnez-nous de la force !

0 / 5

Your page rank:

Recevez chaque semaine les meilleures opportunités MLM

Vous pourrez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur le lien “unsubscribe” présent dans chaque mail.

Partagez ce post avec vos amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Gagnez de l'argent avec nos concepts

Minimum 450 × plus rentable que le Livret A